Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

AOMI (Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs)

L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs (AOMI) est une maladie fréquente mais très souvent méconnue : on considère en effet qu’il existe plus de deux millions de personnes souffrant de la maladie en France. Or, seules 800 000 sont effectivement prises en charge.

Pour en savoir plus : l’article intégral
du Dr Antonia Pérez-Martin au format PDF

Selon le cas, la symptomatologie est variable, allant d’une absence de signe à des douleurs même au repos. Le plus souvent, le patient se plaint de douleurs dans les mollets au cours de la marche.


Le dépistage se fait par la mesure de l'indice de pression : pression à la cheville/ pression au bras. En cas d'anomalie, le bilan est complété par un écho-Doppler artériel des membres inférieurs.

Il s’agit d’un examen non agressif qui permet d’analyser la morphologie des artères, l’état de leur paroi, la présence ou non de lésions sur les parois, la présence d’obstacles à la circulation, en particulier de « caillot » sanguin (thrombose), et leur état fonctionnel.

Il arrive que l’examen soit complété par une épreuve d’effort sur tapis roulant avec mesure de l’indice de pression à la fin de l’effort, dont le but est de « démasquer » les formes responsables de douleurs à la marche ou d’évaluer le retentissement des lésions objectivées par l’écho-Doppler.
Les autres examens analysant les artères des membres inférieurs ne sont réalisés que si l’écho-Doppler montre une anomalie qui nécessite un avis chirurgical et/ou une intervention.

En revanche, l’AOMI étant une des localisations possibles de la maladie athéromateuse, sa découverte doit s’accompagner d’un bilan général visant à rechercher d’autres atteintes.


Découvrez le dépistage en images.
La campagne « Des pas pour la vie »

Cette campagne nationale de dépistage a eu lieu en novembre 2008, opération à laquelle le CHU de Nîmes a activement participé.

Cette journée d’information et de dépistage, organisée à l’initiative de la Société Française de Médecine Vasculaire et de l’Institut de l’Athérothrombose, a connu un franc succès, puisque près de 6200 personnes ont bénéficié gratuitement du dépistage sur l’ensemble de la France.

25 % des participants ont révélé une possible AOMI et ont été orientés pour une prise en charge médicale.

Ce dépistage concernait les femmes et les hommes de plus de 60 ans qui n’étaient pas connus pour avoir une artérite mais qui avaient au moins un facteur de risque cardiovasculaire : tabac, diabète, hypertension artérielle, dyslipidémie, antécédent personnel ou familial de maladie cardiovasculaire (infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral), obésité, sédentarité.

Auteurs : Dr Antonia Pérez-Martin - Service Exploration et Médecine Vasculaire


Conflits d’intérêts : l'auteur n’a pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données  publiées dans la référence citée.

ATTENTION : Les articles proposés sur ce site internet n'ont qu'une valeur informative.
En aucun cas, ils ne peuvent se substituer à une consultation auprès d'un professionnel de santé.

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariats


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

Le CHU soutient la candidature de Nîmes au patrimoine mondial de l'Unesco

Les associations présentes au CHU de Nîmes

Dernière mise à jour : 19/11/2013