Mon compte | Déconnexion | © 2018 CHU DE NÎMES
L'édito
L'édito
09 mai 2016 Article au format pdf

Editorial

Chers amis,

C’est avec grand plaisir que nous vous présentons cette nouvelle édition de la newsletter Inter’med.

Créée à l’attention des médecins hospitaliers et libéraux, elle aborde quelques thématiques phares de l’actualité de notre établissement.

À l’aune de la réalisation d’un nouveau projet médical, si cet éditorial était l’occasion de réfléchir aux pôles et aux changements de leurs frontières ? Quels seraient les avantages et les inconvénients d’une telle démarche ? Est-ce qu’il serait opportun de créer de nouvelles entités ou au contraire de diminuer leur nombre actuel ?

Car si ce changement peut passer par une évolution de la structure en place, et ce n’est pas la seule voie, l'une des possibilités la plus probable serait la constitution de pôles par appareil, où médecine et chirurgie cohabiteraient.

Cela mènerait, par exemple, à la création d’un pôle Cardiovasculaire incluant la pathologie cardiologie vasculaire médicale mais également chirurgicale et thoracique.

Ou encore, un pôle Femme - Enfant incluant la gynécologie, l’obstétrique et l’urologie.

Nous pouvons également imaginer, l’infectiologie et la pathologie inflammatoire regroupant le laboratoire de microbiologie, le SMIT et la rhumatologie…

Parmi les avantages d’un tel regroupement autour d’une même thématique : une meilleure priorisation de la recherche clinique et un fonctionnement hospitalo-universitaire optimisé.

Cependant, si les changements peuvent être extrêmement intéressants et bénéfiques, ils peuvent également entraîner une fragilité : rappelons ici l’adage « on sait d’où on part mais on ne sait pas où on va ».

De plus, comme le projet médical prévoit la création de centres cliniques hospitalo-universitaires, est-ce vraiment utile de changer la frontière des pôles puisque ce sont ces mêmes centres qui seront chargés de cette mission ?

Pour conclure, pour l’instant, le plus important est de construire le projet médical pour ensuite y adapter l'organisation.
Rien n’est encore arreté, tout est encore sujet à débat et les prises de décision se feront en concertation avec la CME et le Directoire, comme le veut la reglementation.
 

 
Pr Pierre Marès   Pr Jean-Emmanuel de La Coussaye

Président de la sous-commission
communication de la CME
Chef du pôle Femme/Enfant
du CHU de Nîmes

  Président de la CME
Chef du service de médecine
d'Urgence - Réanimation
du CHU de Nîmes
Rédaction Chloë DIAGNE
| 0466683082
Rédaction en chef Benjamin HÉRAUT
| 0466683304
Développeur Web Olivier FRIGOUT
| 0466683985

Le service Communication du CHU de Nîmes dispose de moyens informatiques destinés à gérer plus facilement sa relation avec le public.
Les informations enregistrées sont réservées à l'usage du (ou des) service(s) concerné(s) et ne peuvent être communiquées à d'autres destinataires.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en s'adressant au service Communication. " Toute personne peut également, pour des motifs légitimes, s'opposer au traitement des données la concernant".