Mon compte | Déconnexion | © 2018 CHU DE NÎMES
L'édito
Les mouvements
À la Une
27 octobre 2017 Article au format pdf

Zoom sur les équipements du nouveau plateau d'imagerie

Dans le cadre de son Schéma directeur immobilier (SDI), le CHU de Nîmes (CHUN) a vu l’installation des nouveaux équipements en radiologie et en imagerie médicale au sein du pôle AMIE (Activité médicale guidée par imagerie et explorations fonctionnelles). Nous revenons dans ces colonnes sur toute l’organisation mise en place.

Une organisation efficace

« Ces réalisations ont permis au CHUN d’accomplir un sérieux bon en avant en termes d’explorations fonctionnelles et morphologiques et de maintenir, ainsi, sa place de plateau d’imagerie de référence au sein de son territoire de santé. Pour rappel, un scanner supplémentaire a pu être installé en substitution d’une salle de radiographie, à personnel constant, et une IRM3T et un scanner ont été renouvelés » explique le Pr Jean-Paul Beregi, chef du pôle AMIE.

Menée en quatre mois, entre début août (démontage de la salle de radiologie des urgences) et le 15 novembre 2016 (accueil du premier patient sur la nouvelle IRM), cette opération a nécessité une très grande préparation, parce qu’elle s’est déroulée en site occupé. Il est à noter que le risque de pannes de l’unique salle de radiologie conventionnelle avait été anticipé (puisqu’une salle de radiologie a été supprimée afin d’y installer le troisième scanner) par la formation des techniciens biomédicaux à la maintenance de premier niveau.

Pour le Pr Jean-Emmanuel de la Coussaye, président de la Commission médicale d’établissement (CME), « L’arrivée du troisième scanner a permis une plus grande fluidité au niveau des urgences et on peut se poser la question de continuer, dans certaines pathologies, à faire des radio conventionnelles alors que la tomodensitométrie apporte plus en termes d’imagerie pour une irradiation identique ou plus basse. »


Des équipements permettant de meilleures conditions de travail

« Cette opération a largement pris en compte les conditions de travail des collaborateurs du CHUN d’une part et d’accueil des usagers d’autre part » commente le Pr Jean-Paul Beregi, chef du pôle.
En effet, des efforts tous particuliers ont été apportés au renforcement de la sécurité de la « zone » IRM (zonage par des barrières physiques et une signalétique progressive d’alerte). « Nous avions tous en tête le risque principal de l’attraction mécanique d’un objet-ferro-magnétique dans le champ, risque qu’il nous fallait éviter. Des aménagements ont aussi été réalisés pour réduire la pénibilité du travail (traitement du bruit et lumière du jour au poste de commande, porte pneumatique, proximité des stockages…) poursuit-il.

Quand l’innovation technologique s’accompagne d’une innovation organisationnelle

« L’innovation technologique s’accompagne d’une innovation organisationnelle pour positionner le service de Radiologie dans une dimension soignante et s’affranchir de la vision périmée de la technique ou du prestataire » indique le Pr Jean-Paul Beregi. Le service de Radiologie s’intègre donc de plein droit dans le parcours de soins par son rôle de dépistage, de diagnostic, de suivi ou d’interventionnel. Les changements de matériels ont permis de nouvelles organisations pour les patients hospitalisés qui sont maintenant admis sur des vacations de consultations avec des médecins spécialisés dans leurs domaines. Les urgences sont prises au fil de l’eau et les retards ont drastiquement diminué. L’interventionnel au scanner a, quant à lui, pu bénéficier d’une offre en anesthésie revue et s’organise autour de trois jours sur cinq. Des substitutions de radiographies avec des scanners dits ULD (ultra low dose : dose équivalente voire inférieure aux radiographies classiques) ont pu être réalisées pour les urgences en heure ouvrées. Des créneaux externes xpress accessibles pour des demandes médicales sont possibles. L’IRM 3T permet des acquisitions en IRM fonctionnelle neurologique. Les locaux de préparation et l’accueil en salle d’IRM (plafond lumineux, fresque murale, film pendant l’IRM, réduction des bruits, formation des manipulateurs aux poids des mots voire à l’hypnose) ont été travaillés pour réduire le stress et les échecs d’examens liés à la claustrophobie ; un local de consultation a pu être aménagé afin d’informer les patients au mieux après l’examen.

Une dimension recherche

Par ailleurs, grâce à ces nouveaux équipements, la dimension hospitalo-universitaire de l’établissement prend la forme d’un partenariat scientifique avec Siemens qui se concrétise par le financement d’une thèse de recherche et la mise à disposition d’un serveur de développement et des applications innovantes (ex : FFR-CT ou réserve coronarienne après infarctus) « Car c’est cela aussi le rôle du CHUN : être partie prenante d’un écosystème dans lequel les chercheurs travaillent ensemble à démontrer le bénéfice clinique des technologies et applications médicales émergeantes, avec dynamisme et engagement » a rappelé Martine Ladoucette, Directrice générale.

D’un point de vue économique, l’expression des besoins, la massification et négociation de l’ensemble des lots a permis de maîtriser la dépense globale autour de 3 M€ et à 769 000 € pour les travaux, tout en accédant à des équipements de référence tant en IRM qu’en scanographie (ex : imagerie spectrale) et la pratique en cours de valorisation des équipements réformés a permis de dégager près une recette de 400 k€ .

« Je souhaite porter une mention spéciale aux équipes du pôle qui ont su s’adapter pendant la phase des travaux mais aussi qui ont aussi su appréhender les nouvelles technologies mise en place (ULD, spectrale, traitement d’images, IRM3T, interventionnel en scanner, …) » conclut le Pr Jean-Paul Beregi.

Zoom sur la visite du nouveau plateau d’imagerie

Lors de la présentation des équipements le 11 octobre, Éric Dupeyron, directeur général adjoint a félicité « l’indispensable travail de collaboration des équipes hospitalières, qui a permis de rendre ce chantier possible et son aboutissement réussi dans des temps et avec des coûts maîtrisés. »

Rédaction Chloë DIAGNE
| 0466683082
Rédaction en chef Benjamin HÉRAUT
| 0466683304
Développeur Web Olivier FRIGOUT
| 0466683985

Le service Communication du CHU de Nîmes dispose de moyens informatiques destinés à gérer plus facilement sa relation avec le public.
Les informations enregistrées sont réservées à l'usage du (ou des) service(s) concerné(s) et ne peuvent être communiquées à d'autres destinataires.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en s'adressant au service Communication. " Toute personne peut également, pour des motifs légitimes, s'opposer au traitement des données la concernant".