Mon compte | Déconnexion | © 2018 CHU DE NÎMES
L'édito
Les mouvements
À la Une
24 octobre 2017 Article au format pdf

Le projet social des médecins au CHU : prendre soin de ceux qui soignent

Le contexte général d’évolution de l’offre de soins, de réformes hospitalières et de tension démographique dans certaines disciplines médicales, amène à réfléchir sur les conditions d’exercice de la fonction de médecin hospitalier. En témoigne une stratégie d’amélioration de la qualité de vie au travail lancée par la ministre des Affaires sociales et de la Santé en 2016. L’objectif affiché est de « prendre soin de ceux qui nous soignent ». Au CHUN, c’est toute une organisation qui a été mise en place afin de proposer un plan efficace, concret et pratique.

Une composante intrinsèque du projet d’établissement 2017 - 2021

« C’est une première au CHU » annonce d’emblée Cécile Piques, alors, Directrice des affaires médicales.
L’élaboration du nouveau projet d’établissement 2017-2021 a été l’occasion de développer une composante inconnue jusqu’alors : le projet social des médecins.
« L’élaboration d’un projet social des médecins au CHUN témoigne de la volonté de prendre en considération les problématiques posées par le métier de médecin à l’hôpital, en particulier sur deux thématiques qui sont très liées, l’attractivité des carrières hospitalières et la qualité de vie au travail » poursuit Cécile Piques.
Ce projet a été rédigé sous l’impulsion de la Présidence de la Commission médicale d’établissement (CME), avec l’appui de la Direction des affaires médicales. La communauté médicale a été étroitement associée à la rédaction.
Le projet a vocation à s’appliquer à l’ensemble du corps médical de l’établissement, praticiens séniors mais également, pour beaucoup d’aspects, aux praticiens en formation auxquels une attention particulière doit être portée. En effet, la période d’apprentissage est une période charnière en termes de vulnérabilité et donc d’exposition aux risques psychosociaux. De plus, les internes sont l’avenir de l’hôpital et c’est au plus tôt qu’il faut les convaincre de choisir le CHU de Nîmes.
« Le projet social des médecins définit donc, pour la période 2017/2021, les grandes orientations qui se déclineront, sur cette période de cinq ans, en actions opérationnelles » précise Cécile Piques.

L'attractivité et la fidélisation des professionnels

Une enquête préalable

Thierry Chevallier, praticien hospitalier du service Biostatistique, Épidémiologie, Santé publique et Information médicale (BESPIM) et pilote du groupe « attractivité, recrutement, fidélisation du personnel » nous explique les objectifs et la méthodologie employée : « L’ambition était de favoriser l’attractivité et la fidélisation des médecins. Pour ce faire, au préalable, dès mars 2017, une grande enquête a été lancée auprès de tous les praticiens hospitaliers et universitaires. Il s’agissait de comprendre les orientations fortes de l’intérêt que prêtaient les médecins au CHU de Nîmes. »

Un plan d’actions concrètes

Cette investigation révèle ces orientations en permettant d’établir un plan d’actions concrètes. L’une des actions fortes est de repérer les compétences et les perspectives médicales pour les plus jeunes qui viennent se former et ainsi contribuer au développement d’une stratégie prospective en début de leur carrière.
 « La deuxième action phare est de mettre en place un parcours d’accueil des jeunes praticiens avec des aides pour faciliter les démarches administratives et leur installation dans la région » précise Thierry Chevallier. « Pour cela, nous pensons à l’organisation d’un accueil institutionnel par le Président de la CME et le Directeur des affaires médicales (DAM), qui s’inscrit dans un parcours plus large, au cours duquel le médecin recevra, via un « kit de bienvenue », les informations utiles et nécessaires à sa prise de poste. Au cours de moments clés de la carrière (nomination en tant que praticien hospitalier par exemple), des moments d’intégration, de convivialité institutionnelle doivent être organisés pour marquer, même symboliquement, l’entrée dans la communauté hospitalière ».
Le troisième axe reprend les notions liées à la visibilité des carrières à travers un processus d’accompagnement du praticien dans son parcours professionnel au CHUN. « Pour la quatrième action nous nous sommes questionnés sur tous les supports utiles à un médecin dans ses fonctions,  et notamment sa responsabilité de chef de service qui comprend la gestion des personnels. Ainsi, pour ces derniers, nous souhaitons la mise en place de programmes de formations diversifiés et transversaux : coaching, aide au management, outils de gestion de son temps etc. »
Enfin, l’amélioration de la vie professionnelle notamment en termes d’attractivité de la rémunération et  des évolutions de carrières, est également à l’ordre du jour. « Un certain nombre de ces propositions seront ainsi déployées en 2018 » conclut Thierry Chevallier.

Qualité de vie au travail et amélioration des conditions de travail

L’attractivité du CHUN dépend également fortement des conditions de travail offertes aux équipes médicales. Les contraintes et exigences qui pèsent sur le corps médical sont parfois lourdes et les médecins hospitaliers sont désormais reconnus comme particulièrement exposés aux risques psychosociaux avec des retentissements sur la santé. La notion de qualité de vie au travail est donc l’un des aspects figurant au cœur du projet d’établissement. Ainsi, piloté par le Dr Anne-Marie Guedj, chef du service Maladies métaboliques et endocriniennes (MME), le comité de pilotage a mené son travail autour des cinq axes : valoriser l’exercice médical à l’hôpital, détecter, prévenir et traiter  des situations conflictuelles ou à risques, améliorer la communication, analyser et reconnaître la pénibilité notamment dans le cadre de la permanence des soins et, enfin, améliorer la vie quotidienne du personnel médical.
« L’établissement intègre, parmi ses priorités, la détection, la prévention et le traitement des situations conflictuelles ou à risques (accompagnement au retour à l’emploi après un congé maladie prolongé, ou un burn-out, dispositif d’accompagnement dit « de la seconde victime » dans le cas des évènements indésirables graves, pouvant constituer des éléments traumatisants pour les médecins concernés, …). Pour construire et consolider à long terme une démarche de prévention et de détection des situations difficiles, la création d’une sous-commission de la CME, associant la Médecine du travail, constitue une initiative garante de la mise en œuvre d’actions coordonnées en matière de risques psycho-sociaux du personnel médical » explique Anne-Marie Guedj au sujet du deuxième et quatrième volet.
Le volet communication fait également l’objet d’une attention particulière, le but étant de développer ou d’optimiser des outils permettant de faciliter, pour le personnel médical, l’accès à l’information institutionnelle.
« Consolider les échanges et les partages entre les praticiens des différentes spécialités semble être une volonté forte qui participerait à l’amélioration de la qualité de vie. Pour valoriser l’exercice médical, le projet prévoit le déploiement d’entretiens individuels de bilan annuel . L’occasion pour le praticien de prendre le temps de faire un point avec son chef de service » conclut Anne-Marie Guedj.

Rédaction Chloë DIAGNE
| 0466683082
Rédaction en chef Benjamin HÉRAUT
| 0466683304
Développeur Web Olivier FRIGOUT
| 0466683985

Le service Communication du CHU de Nîmes dispose de moyens informatiques destinés à gérer plus facilement sa relation avec le public.
Les informations enregistrées sont réservées à l'usage du (ou des) service(s) concerné(s) et ne peuvent être communiquées à d'autres destinataires.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, toute personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou suppression des informations la concernant, en s'adressant au service Communication. " Toute personne peut également, pour des motifs légitimes, s'opposer au traitement des données la concernant".