Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

LE DIABETE : UNE PATHOLOGIE QUI PROGRESSE !

Comme chaque année depuis 1991, le 14 novembre a lieu la Journée Mondiale du Diabète. Elle est organisée par la Fédération Internationale du Diabète (FID) et soutenue par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Elle est célébrée dans le monde entier.

La campagne de 2008 avait pour thème :

" Le diabète chez les enfants et les adolescents ".


Découvrez le dépistage en images.

En effet, chaque jour, plus de 200 enfants développent un diabète sucré à travers le monde.

Le diabète sucré est une maladie chronique qui se traduit par un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie). Cette hyperglycémie est provoquée soit par une insuffisance de la production d'insuline par le pancréas : c'est le diabète de type 1, soit par l'inefficacité de l'insuline produite : c'est le diabète de type 2

À ce jour, le Diabète de type 1 est le plus représenté chez l'enfant. Les dernières données font état de 440 000 enfants de moins de 14 ans atteints de cette forme de diabète à l'échelle mondiale.

Chez ces enfants, le diabète est souvent diagnostiqué tard à l'occasion d'une complication qui peut être mortelle : l'acidocétose. Le diagnostic n'est parfois pas aisé. En effet, dans les pays en développement ou dans les communautés marginalisées des pays développés, la malnutrition est fréquente ; les signes associés au diabète de type 1 sont souvent interprétés comme liés à cette malnutrition : amaigrissement important, consommation excessive de boissons (polydipsie), besoin d'uriner très fréquent (polyurie), fatigue.

Depuis une dizaine d'années on a vu apparaître un phénomène qui était jusque-là inconnu : le développement de diabète de type 2 chez l'enfant. Au Japon, cette forme est désormais plus courante que le diabète de type 1. Dans certaines régions des États-Unis, il représente près de 45 % des nouveaux cas de diabète chez les enfants. L'augmentation de ce type de diabète est directement liée aux modifications du mode de vie et des habitudes alimentaires et à leur principale conséquence, l'obésité. C'est pour cette raison qu'à l'heure actuelle se mettent en place en France comme dans la plupart des pays industrialisés, des programmes de prévention de l'obésité infantile. Ainsi, notre CHU participe avec la ville de Nîmes à la campagne " Bien Manger et bouger plus, pour être en bonne santé, les nîmois s'engagent ", qui s'intègre dans ce type de démarche.

En 2008, pour la première fois, le CHU de Nîmes se mobilisait pour participer à cette journée mondiale.

Les services de Pédiatrie, et de Maladies Métaboliques et Endocriniennes (MME), en collaboration avec l'Association Gardoise des Diabétiques (AGD) ont proposé durant toute la journée du 14 novembre 2008 dans le hall d'accueil de l'hôpital, des actions de dépistage et d'information.

Sur la journée, nous avons réalisé 281 dépistages gratuits du diabète sucré (dextro). Trois seulement ont été retrouvés élevés et un conseil médical a été délivré à chacune de ces personnes.

En matière d'information à destination des patients, notre établissement étant un centre de référence pour le pied diabétique, nous avions choisi de mettre l'accent sur la prévention des lésions du pied qui constituent l'une des complications chroniques les plus fréquentes et les plus invalidantes de cette maladie. Il est établi que 15 % des diabétiques présenteront dans leur vie un ulcère au niveau des pieds. L'évolution défavorable de ce type de lésion chez le diabétique est responsable en France de 8 000 cas d'amputations. Une bonne connaissance et une éducation à la gestion de la maladie étant essentielles pour réduire le risque de survenue de ces plaies, nous avons proposé un dépistage du pied diabétique à risque. Une quinzaine de patients ont pu bénéficier de conseils sur les soins d'hygiène et le choix de leur chaussage.

Le bilan de cette journée apparaît extrêmement positif. Au-delà de ces actions de dépistage et d'information, cette journée a montré la capacité des équipes médicales du CHU à agir de concert tant pour conduire des actions de prévention, que pour développer des domaines d'expertise et de recours en matière de lutte contre la maladie diabétique.

Aussi nous vous donnons Rendez-vous le 13 novembre 2009... pour la prochaine journée mondiale du diabète !

Drs Nathalie JOURDAN et Michel RODIER, Pr Daniel LESBROS.

Le service des Maladies Métaboliques et EndocriniennesLe service de Pédiatrie


Conflits d’intérêts : les auteurs n’ont pas transmis de conflits d’intérêts concernant les données  publiées dans la référence citée.

ATTENTION : Les articles proposés sur ce site internet n'ont qu'une valeur informative.
En aucun cas, ils ne peuvent se substituer à une consultation auprès d'un professionnel de santé.

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariat


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

En savoir plus

Les associations présentent au CHU de Nîmes

Découvrir les associations partenaires

Dernière mise à jour : 19/11/2013