04 66 68 69 09

Institut de formation aux métiers de la santé
du CHU de Nîmes

Publié le 11/05/2018

Marion RANC : 1er prix au concours de l’Ordre Régional Infirmier d’Occitanie

Le travail de fin d’études de Marion Ranc élu meilleur travail lors du concours organisé par le conseil régional de l’ordre infirmier d’Occitanie.

Ce 26 mars 2018, Marion RANC, Infirmière récemment diplômée, ayant effectué ses études à l’Institut de Formation aux Métiers de la Santé du CHU de Nîmes, de 2014 à 2017, est mise à l’honneur.

En effet, son travail de fin d’études soumis à un jury constitué de 5 membres de l’ordre infirmier d’Occitanie, présidé par Mme MOULINIE, a été classé premier parmis 10 travaux proposés par les différents instituts de formation.

Une sélection préalable avait été effectuée par chaque institut parmis les meilleurs travaux réalisés par les étudiants diplômés en juillet 2017.

remise premier prix à Marion


La remise des prix a eu lieu en présence de Monsieur Patrick CHAMBOREDON,  Président de l’Ordre Infirmier National, ainsi que de Monsieur Abdellah BOUDJEMAA, Président de l’Ordre Infirmier Régional d’Occitanie.

Dans la salle, sont également présents, pour la soutenir et la féliciter, Madame Eudeline, Directrice coordonatrice de l’IFMS du CHU de Nîmes, Bruno Delon, formateur coordonnateur de la 3ème année de formation ainsi qu’ Hélène Nadal, formatrice qui a accompagné Marion lors de la guidance de son travail sans oublier son compagnon bientôt papa. En effet, Marion est une jeune femme qui a su allier  projet professionnel et  projet de vie et attend son premier enfant.

Les présidents ordinaux et les vainqueurs 2018

Dans son travail,  "Patient expert/Infirmier, les nouvelles règles du soigner", elle a mis en avant la place du patient dans la prise en soins et développé le concept de "patient expert".

Lors de sa formation, une situation avait retenu son attention et a été le point de départ de son questionnement. 

Pourquoi une personne éduquée à la prise en soin d’une maladie chronique ne peut plus, lorsqu’elle est hospitalisée, poursuivre de façon autonome la réalisation de ses soins prescrits?

En effet, la personne rencontrée étaient suivie pour un diabète depuis plusieurs années et connaissait parfaitement les réactions de son organismes à l’insuline administrée.

Sur l’insistance de l’infirmière qui a souhaité appliquer le protocole médical mis en place lors de son hospitalisation, il a réalisé une dose d’insuline avec laquelle il pensait avoir une hypoglycémie. Ce fut malheureusement le cas et la fin de nuit s’est soldée par un malaise ressenti et un nécessaire "ressucrage".

Cela ne parrait pas si grave puisqu’il y a eu réajustement. Mais à y regarder de plus près, c’est le "pacte tacite de confiance soignant/soigné" qui vient d’être mis à mal. 

Pour cette jeune professionnelle, comment est-il possible de réaliser une éducation thérapeutique afin qu’une personne diabétique soit autonome et vive le mieux possible avec sa maladie et dans le même temps, si elle est hospitalisée, la déposséder de la gestion de sa maladie et la considérer comme un patient "standard"?

Elle a exploré ce paradoxe en questionnant le concept de "patient expert" qui est aujourd’hui une piste sérieuse adoptée dans le cadre de la démarche qualité.

S’il est bien une personne concernée au plus haut niveau pour sa santé, c’est bien le patient lui même. Alors le travail en partenariat, pour être efficace, nécessite une confiance réciproque. Le soignant doit pouvoir s’appuyer sur les connaissances des personnes qu’il soigne pour adapter le plan de soin et non l’inverse. 

Par ce travail, Marion a su remettre au centre des soins la personne soignée et valoriser la nécessaire confiance entre soignant et soigné pour effectuer des soins de qualité. Actuellement infirmière dans une structure privée, elle aspire à prolonger cette première expérience de travail de recherche. 

Ainsi, souhaitons bon vent à Marion, en espérant la retrouver un jour dans notre établissement afin de bénéficier  de son dynamisme au service de la qualité des soins des personnes souffrant de pathologies chroniques.

Afin de poursuivre cette réflexion, nous tenons à votre disposition son travail qui est consultable sur place au CDI de l’Institut de formation du CHU, 3 bis rue Kléber, Nîmes.