Vous êtes ici : Accueil > Activités > Prélèvements

Prélèvements

Le diagnostic de certitude de la brucellose demeure fondé sur l’isolement en culture des Brucella. Pour cela, la réalisation d’hémocultures aérobies lors des accès fébriles de la phase aiguë est la méthode de référence. L’isolement de Brucella nécessite classiquement plusieurs jours d’incubation des cultures. Toutefois, cet isolement est le plus souvent réalisé en moins de 5 jours dans les systèmes automatisés d’hémoculture actuels. Il n’est donc pas nécessaire de prolonger l’incubation des hémocultures au-delà de 14 jours. La sensibilité des hémocultures est supérieure à 80% en phase aiguë de la maladie, mais inférieure à 50% en phase subaiguë et <5% en phase chronique, ou si une antibiothérapie a été administrée avant prélèvement (<10%). Toutefois, cela nécessite un remplissage adapté des flacons d’hémocultures (8-10 ml/flacon, 40 ml minimum par épisode).

Lors de la phase subaiguë, l’isolement de Brucella est possible à partir du liquide de ponction articulaire (surtout s’il est mis dans un flacon d’hémoculture) ou à partir d’urines (dans environ 50% des cas d’atteintes urogénitales). Les Brucella sont beaucoup plus rarement isolées d’autres prélèvements : culture de la moelle osseuse, biopsies de ganglion, d’os, de tissu hépatique, liquides céphalo-rachidiens, ou végétations cardiaques. La culture de ces foyers infectieux  de sensibilité faible, peut s’avérer intéressante lors de cette phase subaiguë..

Il est important également de noter que les prélèvements doivent être réalisés avant tout traitement antibiotique.

Le transport des prélèvements vers le laboratoire doit être rapide.

Lorsque les cultures sont négatives ou non réalisées, un prélèvement sanguin permet d’effectuer les sérologies. Ces sérologies représentent la majorité des diagnostics en France. Elles doivent être renouvelées 4 semaines plus tard pour confirmer un diagnostic car elle manque de sensibilité et de spécificité avec de nombreux faux positifs du fait de très nombreuses réactions sérologiques croisées.

Toute suspicion clinique de brucellose doit être impérativement signalée aux biologistes et techniciens du laboratoire réalisant la mise en culture des prélèvements biologiques car le risque de contamination du personnel technique est élevé. Malheureusement ce diagnostic, devenu rare dans certains pays comme la France, n’est plus évoqué et ne permet pas de prévenir le laboratoire. Or l’isolement des Brucella nécessite des conditions de culture et de sécurité particulières pour éviter la transmission par voie respiratoire ou transconjonctivale de la maladie chez le personnel de laboratoire. Ces cultures doivent être réalisées en laboratoire de sécurité biologique de niveau 3 (NSB3).


CNR BRUCELLA

Centre National de Référence Brucella

Service de Microbiologie
CHU de Nîmes
Place du Pr R. Debré
30029 Nîmes Cedex 9

CNR BRUCELLA
Centre National de Référence Brucella

Service de Microbiologie
CHU de Nîmes
Place du Pr R. Debré
30029 Nîmes Cedex 9

© 2017 - CHU de Nîmes - Tous droits réservés
Centre National de Référence BRUCELLA - CHU de Nîmes - Place du Pr R. Debré - 30029 Nîmes Cedex 9 | © 2017 - CHU de Nîmes - Tous droits réservés