Vous êtes ici : Accueil > Brucellose clinique > Brucellose subaiguë

Brucellose subaiguë

Elle peut succéder à une période aiguë bruyante ou être révélatrice de l’infection et dure quelques mois. Elle est marquée par des focalisations, essentiellement ostéoarticulaires dans 10 à 85 % des cas, surtout si la phase aiguë a été traitée avec retard ou a été négligée, ou en cas de non observance du traitement de la maladie aiguë. Douleurs, enraidissement, radiculalgies et possible altération de l’état général (avec fébricule) se poursuivent sur un mode subaigu. Les localisations vertébrales prédominantes (spondylodiscites) peuvent conduire au pseudo-mal de Pott mélitococcique avec risque d’épidurite et d’abcès paravertébraux (20-40%). Elles concernent le plus souvent le niveau lombaire (L4-L5 et L5-S1). Dans 10 à 30%, plusieurs vertèbres sont atteintes. D’autres localisations sont possibles : polyarthrites asymétiques intéressant les genoux, les hanches, les coudes, les articulations sacro-iliaques ou sternoclaviculaires, sacro-iléite, arthrites coxofémorales ou acromioclaviculaires, ostéites (tibia, plastron sternocostal…). Les atteintes sacro-iliaques sont les plus fréquentes chez les patients jeunes alors que les spondylites ou les arthrites périphériques sont atteintes chez les personnes plus âgées. Il s’agit plus rarement d’une monoarthrite.

Les atteintes du système uro-génital sont relativement fréquentes : pyélonéphrite, abcès rénal, orchiépididymite et prostatite chez l’homme, abcès tubo-ovarien, salpingite et endométrite chez la femme.

Les manifestations digestives sont fréquentes ; nausées, vomissements, constipation, diarrhée. Une hépatomégalie et une splénomégalie peuvent être observées chez 15 à 40% des patients. Beaucoup plus rarement peuvent être identifiés une hépatite granulomateuse, une cholécystite un abcès hépatique ou splénique. L’hépato-splénite hémorragique, devenu rare, est plus spécifique.

Les atteintes septiques neuroméningées sont rares (<5%) mais graves correspondant à une méningite, une méningoencéphalite, un abcès cérébral ou cérébelleux, une myélite et une atteinte des nerfs crâniens (névrite optique rétrobulbaire, atrophie du nerf optique, ophtalmoplégie). Des syndromes de Guillain Barré à médiation immune peuvent être observés. Des symptômes psychiatriques et des dépressions sont également notés.

Les atteintes cutanées (éruptions maculopapuleuses, purpura, abcès cutané ou sous-cutané, érythème noueux), pulmonaires (pneumonie, abcès pulmonaire), cardiaques (endocardites, myocardies, péricardites) ou oculaires (kératite, ulcère cornéen, uvéite, endophtalmie) sont également possibles mais plus rares. Des adénopathies médiastinales peuvent être observées. Les endocardites représentaient autrefois la principale cause de mortalité au cours de la brucellose car elles sont classiquement ulcéro-mutilantes associées à une défaillance cardiaque. Cette atteinte fait partie de la forme polyviscérale maligne en association à l’insuffisance rénale et à une hépatite nécrotique.

Enfin des atteintes hématologiques sont observées : des anémies dans 40 à 75% des cas, des leucopénies dans 5 à 50% des cas ou plus rarement des thrombocytopénies (5-10%) ou des pancytopénies (3-20%).

 


CNR BRUCELLA

Centre National de Référence Brucella

Service de Microbiologie
CHU de Nîmes
Place du Pr R. Debré
30029 Nîmes Cedex 9

CNR BRUCELLA
Centre National de Référence Brucella

Service de Microbiologie
CHU de Nîmes
Place du Pr R. Debré
30029 Nîmes Cedex 9

© 2017 - CHU de Nîmes - Tous droits réservés
Centre National de Référence BRUCELLA - CHU de Nîmes - Place du Pr R. Debré - 30029 Nîmes Cedex 9 | © 2017 - CHU de Nîmes - Tous droits réservés