Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

Mal de dos : le bon traitement, c'est le mouvement !

L’Assurance maladie lance un programme global de sensibilisation pour lutter contre les idées reçues et développer un nouveau comportement face à la lombalgie avec un message simple : le maintien de l’activité physique et professionnelle est le meilleur allié de la guérison.

Au cours de leur vie, quatre personnes sur cinq souffriront d’un mal de dos localisé en bas de la colonne vertébrale, scientifiquement appelé « lombalgie ». Pour 7 % d’entre elles, la lombalgie s’installera et deviendra chronique, entraînant des douleurs invalidantes menant parfois à l’arrêt de toute activité.
Or, la douleur n’est pas synonyme de gravité et le repos retarde la guérison. Maintenir une activité, même modeste, est la meilleure voie vers la guérison.
Il convient donc de combattre les idées reçues qui persistent sur le mal de dos et installer de nouveaux comportements pour éviter le passage à la chronicité.

La lombalgie commune, des enjeux humains, sanitaires, sociaux et économiques

Couramment appelée « lumbago », « tour de rein » ou encore « mal de dos », la lombalgie commune est une douleur liée à un problème musculaire ou ligamentaire bénin se situant en bas de la colonne vertébrale, au niveau des vertèbres lombaires. C’est le mal de dos le plus répandu : au cours d’une vie, 84 % de la population générale en souffrira. Ce motif de consultation fréquent altère la qualité de vie des personnes en raison des douleurs ressenties. La lombalgie comporte des risques de désinsertion sociale et professionnelle, lorsqu’elle devient chronique. C’est aussi un coût important pour la société ; aujourd’hui, par exemple, une lombalgie sur cinq entraîne un arrêt de travail. Dans ce contexte, il est essentiel de prévenir le risque de passage à la chronicité.

Le mal de dos, un enjeu d’opinion

Les résultats du baromètre d’opinion « Connaissances et attitudes vis-à-vis de la lombalgie » mené par l’institut BVA4 pour l’Assurance Maladie mettent en relief deux croyances principales : une personne sur quatre (24 %) pense que la lombalgie est un problème grave et près de sept sur dix (68 %) estiment que le repos est le meilleur remède contre la lombalgie. Or, ces croyances sont en contradiction avec les recommandations médicales actuelles :
– une lombalgie, c’est souvent très douloureux mais ce n’est pas grave. En général, ces douleurs disparaissent spontanément au bout de quelques jours : 90 % des lombalgies guérissent spontanément en moins de quatre à six semaines;
– le repos n’est pas une solution thérapeutique : seul le mouvement entretient la tonicité musculaire, la force ligamentaire et permet de lutter contre la lombalgie et sa chronicisation.

Pour retrouver le film de la campagne de sensibilisation de l’Assurance Maladie sur la lombalgie  c'est ici

Les conseils de l'Assurance maladie c'est ici

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariats


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

Le CHU soutient la candidature de Nîmes au patrimoine mondial de l'Unesco

Les associations présentes au CHU de Nîmes