Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

Les aventures et le journal de Marcel Patouche

Des ouvrages ludiques pour lutter contre le harcèlement scolaire imaginés par des professionnels du service Pédiatrie du CHU de Nîmes et des étudiants de l'Université UNIMES.

Pourquoi deux psychologues du service de Pédiatrie du CHU de Nîmes se sont-elles penchées sur le sujet du harcèlement scolaire jusqu’à en imaginer deux livres avec des étudiants de UNIMES dédiés à la prévention du harcèlement ?

Le harcèlement scolaire touche un nombre considérable d’enfants de la maternelle au lycée. Qui sont ces enfants? Pourquoi sont-ils stigmatisés au point de devenir victime de brimades répétées et d’être isolés de leurs pairs dans un quotidien d’agressivité et de malveillance. Souvent banalisé autrefois par des « c’est pas grave », « c’est la cour de récré !», le sujet du harcèlement est de plus en plus pris au sérieux aujourd’hui. Toutefois l’enfant-harcelé est souvent le dernier à prendre conscience qu’il est victime de harcèlement et la parole est parfois difficile à émerger quand on se sent seul et honteux. Les actes sont effectués hors de la vue des adultes par des enfants qui ont pris l’ascendant sur leur pair, souvent sans idée des dégâts que ceux-ci auront jour après jour et à long terme sur leur victime.
Le harcèlement est un processus répété d’agressions verbales et/ou physiques et psychiques qui mène à l’isolement de la victime. Le sentiment de honte et la parole réprimée engendrent un repli sur soi et l’émergence d’affects anxieux et dépressifs qui, s'ils ne sont pas entendus, peuvent s’illustrer plus tard à l’adolescence au travers de phobies, de somatisations, de décrochages scolaires ou par des passages à l'acte plus dramatiques.

Qui sont les enfants harcelés ?

La relation harceleur-harcelé évoque un déséquilibre avec un enfant en position de force et le second en position de vulnérabilité : une différence physique, un contexte de changement (déménagement, divorce des parents...), un échec scolaire, un tempérament introverti, etc.
Trop gros, trop roux, trop intelligent, trop sensible, trop maladroit… Très tôt dans une classe, les cibles vont être rapidement pointées du doigt lorsqu’il s’agit de différences physiques. Des situations de harcèlement peuvent aussi émerger au fil du temps à l'encontre  d'enfants au tempérament introverti ou bien ayant des difficultés d’apprentissage. Le lieu-classe est rarement le terrain de jeu du harceleur, qui va agir dans les couloirs, la cour, la cantine, à l'abri du regard des adultes. C'est ainsi que parfois les enseignants et les animateurs municipaux ne prennent pas la mesure de la situation parce qu’ils n’ont pas la visibilité de l’ensemble des événements répétés sur la journée.

Et les enfants harceleurs?

Un harceleur agît rarement seul, mais plutôt face à un public qui lui donnera « le beau rôle » et ravivera furtivement une estime de soi souvent fragile, voire un ancien sentiment de rejet sur lequel il souhaiterait prendre sa revanche. Pour ces enfants meneurs, suiveurs ou anciens harcelés, l'objectif est d'attirer l’attention coûte que coûte, quelle qu'elle soit, même par des actes délétères à l’encontre des autres. Le harceleur a pris l’ascendant sur sa proie et n’est pas prêt de la lâcher, quitte parfois, lorsqu’il a déjà été dénoncé en vain, à se montrer plus insidieux dans ses actes.

Mais alors que faire ?

La parole est difficile à libérer à l’école ou même en famille. Les parents peuvent avoir des réactions diverses, de la simple banalisation à l'indifférence. On peut assister aussi à une réaction de surprotection parentale, compréhensible, mais souvent néfaste pour l’estime de soi du coté de l'enfant.
En primaire, prendre au sérieux la situation de harcèlement et en parler est souvent la première chose à faire. Il n'est pas conseillé aux parents d'intervenir directement et seuls dans la situation, au risque de maintenir le déséquilibre de la relation et de conforter le sentiment de faiblesse de l’enfant-victime. Le lien entre l’école et la famille est alors primordial.

Les livres

La somatisation peut parfois recouvrir le symptôme d'un mal-être. Il n'est pas rare que les enfants dévoilent ainsi leurs plaies à l’âme au détour d'un entretien psychologique au cours d’une hospitalisation ou bien lors de groupes thérapeutiques pour les enfants ayant un profil particulier comme les enfants porteurs d'un TDA/H1, HPI2 ou encore d'un « Dys3 ». Ces derniers sont apparus de reste comme des cibles privilégiées. L'espace de parole qu'offre l'intervention des deux psychologues en service de pédiatrie a permis d'évaluer l'étendue du phénomène du harcèlement en milieu scolaire et des effets délétères sur la santé psychique. Ces réflexions croisées entre les deux psychologues  sont le point de départ du projet d'un objet de prévention : favoriser la mise en mot, afin de briser le silence générateur de souffrances physiques et psychologiques, et ouvrir un dialogue.
C'est grâce au lien entre trois acteurs locaux (hospitalier, universitaire et associatif) qui ont eu le même désir de créer un objet en commun que le projet a pris corps : le service de pédiatrie du CHU Carémeau, l'université de Vauban représentée par Channel Roig et Jessie Salmon, stagiaires psychologues et auteurs, et les Editions BAM!, petite maison d'édition nîmoise née de l'association des Triplettes BAM!, présidée par Mathilde Royol, qui a pour objet de favoriser le lien social en soutenant des actions  festives, culturelles et artistiques dans le bassin nîmois.
Le résultat ce sont deux livres pour enfants :
–    « Les aventures (pas  toujours rigolotes) de Marcel Patouche » s'adresse à des enfants du CP au CE2 : l'histoire du quotidien d'une bande de copains, Marcel Patouche, Jessie Peurdégran, José Paledir et Sam Ainèrve, qui font face aux brimades de Jules Traméchan, Coco Lère, et James Palépeti.
–    « Le journal des aventures de Marcel Patouche » s'adresse aux enfants un peu plus grands du CM1 à la 6ème. Il est écrit sous la forme d'un journal intime et retrace les confidences, au quotidien, de Marcel Patouche qui trouve enfin des amis, Jessie Peurdetou et José Paledir. Ensemble, ils vont trouver le courage de faire face à James Palézotre.

Ces ouvrages peuvent autant être lu en famille qu'à l'école. Nous pensons toute fois que l'acte préventif en lui-même, se fera à partir de l'école, tout comme nous pensons que le sentiment de honte éprouvé par les enfants harcelés sera combattu directement sur le lieu de l'école. C'est pour cela que nous avons réfléchi à un objet, pouvant être plus particulièrement proposé par l'équipe pédagogique, qui permettra de parler entre enfants mais en présence d'un adulte, des affects tout à fait particuliers qui maintiennent la situation de harcèlement. La présence de l'adulte, quel qu'il soit, est incarnée dans les livres par le personnage symbolique de « Madame Dimoitou ».
L'idée est de créer un support de discussions, qui peut être ensuite décliné en ateliers d'expression et de création (lecture, écriture, jeux de rôles, dessin, pièce de théâtre), et permettre aux enfants de reprendre la main et la parole.

Magali Rebattel et Mathilde Royol
Psychologues en pédiatrie

Pour l'achat du livre ou pour tous renseignements

06 61 93 98 72

Par mail : Cet e-mail est protg contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

1 Trouble de l'attention avec ou sans hyperactivité
2 Haut potentiel intellectuel
3 Dyslexie et dyspraxie pour les plus fréquents

 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariat


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

En savoir plus

Les associations présentent au CHU de Nîmes

Découvrir les associations partenaires