Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
PRENDRE RDV
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?

Journée mondiale de lutte contre le cancer : le CHU de Nîmes mobilisé


Le cancer est un véritable enjeu de santé publique.
Avec 150 000 morts par an, il reste la première cause de mortalité en France.
Plusieurs études montrent que l’annonce d’un cancer est la mauvaise nouvelle la plus redoutée par la population.

Une médecine de précision

Pourtant, grâce aux progrès de la médecine, aujourd’hui plus de la moitié des patients vont guérir de leur maladie, et pour les autres cancers les traitements améliorent nettement l’espérance de vie entraînant une chronicisation de ce type de pathologies. Puisqu’on meurt moins du cancer – grâce à une médecine de précision, toujours plus personnalisée et adaptée à la situation clinique de chaque patient – les professionnels de santé ont dû s’interroger sur de nouvelles thématiques que sont le maintien de la qualité de vie pendant les traitements mais aussi sur la notion « d’après-cancer » et d’aide à la réinsertion.

Aussi, la question de la qualité de vie pendant et après les traitements a été au cœur des préoccupations du CHU de Nîmes lorsqu’il a initié le projet d’Institut de cancérologie du Gard, qui a ouvert ses portes en 2015 et qui, au-delà d’un simple bâtiment, est bel et bien la traduction architecturale d’un projet médico-scientifique et soignant porté par la communauté hospitalo-universitaire nîmoise.  

« D’ailleurs, le programme d’aujourd’hui en atteste avec la présence d’oncologues, de radiothérapeutes, de chirurgiens, de spécialistes d’organes, de gériatres, de pharmaciens, d’algologues, de radiologues et médecins nucléaires et de personnels paramédicaux (infirmières, diététiciennes, psychologues, assistante sociale……) » commente le Pr Pierre-Olivier Kotzki, chef du pôle Oncologie du CHU de Nîmes.

Soins de support et qualité de vie

« Au-delà des soins techniques que nous dispensons, il est de notre devoir de pouvoir proposer toute un panel de soins de support, qui permettent d’apporter au patient, le soutien et l’accompagnement dont le patient et sa famille ont besoin pour traverser l’épreuve de la maladie. Ainsi le CHU de Nîmes a mis en place de nombreux soins de support : psychologues, sophrologie, musicothérapie, socio-esthétique … » précise le Pr Nadine Houédé, chef de pôle adjointe et chef du service d’Oncologie médicale du CHU.

De l’importance du diagnostic et du dépistage

Si la prévention et la lutte contre les facteurs de risque permettent de réduire l’incidence de certains cancers, le dépistage et le diagnostic précoce sont également vitaux pour diminuer les pertes de chances.
« Le diagnostic précoce du cancer et le dépistage constituent des enjeux majeurs, puisqu’ils augmentent les chances de guérison et diminuent les séquelles de la maladie et des traitements »
Or avec l’épidémie, comme dans beaucoup de filière de soins, on observe une diminution du nombre de consultations.

« Il est important de dire qu’en cas de signes cliniques, il faut aller voir son médecin traitant et faire des examens complémentaires si nécessaire, les retards au diagnostic entrainent bien souvent des pronostics plus engagés » conclut le Pr Houédé.
 
  • Partenariats


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

Les associations présentes au CHU de Nîmes