Un médecin    Un service    Sur le site

Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
Centre hospitalier universitaire
SOINS - ENSEIGNEMENT - RECHERCHEde Nîmes
Patients|Public
Professionnels|Presse
Enseignement|Recherche
ACCÈS | CONTACT
FAIRE UN DON
L'INSTITUTION
TRAVAILLER AU CHU
UN SERVICE ?
UN MÉDECIN ?
RECHERCHER

Journée mondiale du diabète

Mardi 14 novembre 2017 de 9h à 16h
Hall de l'hôpital universitaire Carémeau

Afin de sensibiliser et informer les usagers et les personnels à l’occasion de la Journée mondiale du diabète, des stands seront tenus dans le hall de Carémeau par l’AFD 30 (Association française des diabétiques du Gard), l’équipe du service MME (Maladies métaboliques et endocriniennes), la Mutualité française Occitanie, le P’tit resto santé, Nîmes sport santé et la CPAM (Caisse primaire d’assurance maladie).

Qu’est-ce que le diabète

Le diabète est une maladie irréversible qui consiste en un excès de sucre dans le sang. Non pris en charge à temps, cette pathologie peut entraîner des complications graves (cécité, maladies rénales, infarctus du myocarde, accidents vasculaires cérébraux, amputations), pouvant aller jusqu’au décès. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoit qu’en 2030 le diabète sera la septième cause de décès dans le monde.
Il n’existe pas qu’une seule forme de diabète mais trois :
  • le diabète de type 1 représente 5 à 10 % de tous les cas de diabète. Cette forme de la maladie apparaît le plus souvent durant l'enfance ou l’adolescence, d'où son appellation ancienne de « diabète juvénile » ;
  • le développement du diabète de type 2 est dû à la résistance à l’insuline. Les personnes atteintes de diabète de type 2 ne parviennent pas à utiliser efficacement l’insuline qu’elles produisent ;
  • le diabète gestationnel se manifeste lorsque des femmes enceintes, qui n’ont jamais présenté de diabète auparavant, affichent un taux de glycémie élevé durant leur grossesse.

Pourquoi une journée mondiale ?

C’est face à ce constat que la Fédération internationale du diabète (FID), avec le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a lancé depuis l’année 1991 la Journée mondiale du diabète pour sensibiliser l’opinion à cette maladie qui touche 442 millions d’adultes dans le monde, soit une personne sur onze !
Le choix de la date du 14 novembre n’est pas anodin car c’est précisément ce jour-là, en 1922, que Frederick Banting, récompensé un an plus tard par le prix Nobel de médecine, et Charles Best ont découvert puis injecté l’insuline à l’homme.
Le diabète touche 4,9 % de la population française soit  3,3 millions de personnes.
La Fédération des diabétiques, dont les antennes locales s’étendent dans tout  l’hexagone, accompagne et défend les droits des personnes touchées par la maladie, informe largement et soutient la recherche et l’innovation.

Des stands vous attendent

Notamment le P’tit resto santé,  exposition itinérante et ludique animé par une diététicienne qui reproduit un serf service grandeur nature. De façon opérationnelle, l’usager prend un plateau et compose son menu du jour parmi un vaste choix d’entrées, de plats de résistance et de desserts. Le plaisir, le partage et la convivialité sont au cœur du dispositif. Lors du passage en caisse, l’équilibre nutritionnel du plateau est calculé et comparé au profil type d’un repas équilibré.

Le diabète au féminin

En France, le diabète touche 48 % de femmes avec l’impact et les conséquences que peut avoir la maladie sur leurs vies. Il était donc important pour cette édition 2017 de retenir cette thématique.
Il ne faut toutefois pas résumer le diabète féminin à la grossesse diabétique. En effet, avant d’être une diabétique, la patiente diabétique est avant tout une femme avec toutes les  périodes cruciales qu’elle doit affronter :

  • l’adolescence, avec ses modifications  hormonales et   leurs  conséquences physiques et psychiques ;
  • le début  et la découverte de la sexualité, avec le besoin d’une contraception ;
  • la gestion d’une « triple vie » associant activité professionnelle, famille et diabète.
La maladie cardiovasculaire est la première cause de décès chez les diabétiques et la plus importante chez les femmes (68 % des femmes contre 62 % des hommes). Ces dernières années, la mortalité cardiovasculaire a baissé chez les hommes mais pas chez les femmes diabétiques (tabagisme, obésité féminine), ce qui interpelle face à l’importance des mesures de prévention des complications.

Cependant, les méthodes et moyens de prise en charge de la femme diabétique se sont vus décuplés ces dernières années :
  • les dispositifs de contraception ;
  • la programmation des grossesses qui garantit un équilibre et une gestation optimale pour la future maman ;
  • l’insulinothérapie fonctionnelle, les  pompes de plus en plus performantes, les holters  glycémiques  et le Free Style libre, récemment disponible permettant une surveillance  sans piqûre au bout du doigt, véritable révolution pour les patientes.

Toutes ces avancées technologiques, mais aussi humaines grâce à la mobilisation toujours plus croissante des patients, des acteurs sociaux, des soignants et des associations, donne à tous l’espoir de mieux vivre la maladie, voire de la vaincre un jour.

ZOOM sur : le forum diabète au féminin.

Le Forum Diabète au féminin prévu à cette occasion, le Samedi 18 novembre de 9h à 12 h, à la Maison des Professions Libérales, 85 Allée Norbert Wiener à Nîmes, permettra d’aborder chacune de ces thématiques du côté des soignants mais également du côté des patientes avec des témoignages afin que chacune puissent s’informer mais aussi partager son vécu.
 
Viadeo Partager
Viadeo Partager
  • Partenariat


Le CHU de Nîmes est membre de MUSE (Montpellier Université d'Excellence)

En savoir plus

Les associations présentent au CHU de Nîmes

Découvrir les associations partenaires